Vidéos
La pêche (2,5 mo)
La transformation (3 mo)
La fumaison (3,4 mo)

 

Au début du siècle, l'industrie du hareng fumé fût très florissante aux Îles de la Madeleine et ce jusqu'à la fin des années '70. Partout sur l'archipel, on pouvait voir ces imposants bâtiments qui, de avril à septembre, permettaient à plusieurs centaines de personnes de travailler et ainsi subvenir aux besoins de leur famille. Les fumoirs furent en opération pendant plusieurs décennies. Le début des années '70 fut sans contredit la fin de l'abondance du hareng sur les côtes des Îles de la Madeleine. Il n'était pas rare de voir de grands chalutiers canadiens et européens venir s'approvisionner aux Îles. La surpêche et une mauvaise gestion des stocks auront finalement raison de ces grands bâtiments qui firent la fierté des madelinots pendant plus d'un siècle. Vers 1978, dans les 40 fumoirs des Îles de la Madeleine, progressivement, les feux se sont éteints.

 

En 1996, dans un souci de conserver le patrimoine familial et avec la réapparition du hareng autour de l'archipel, la famille «Arseneau» de Pointe-Basse décide de relancer les activités et de reprendre cette technique ancestrale de conservation du poisson par le fumage. Le savoir-faire transmis de père en fils vous assure de la qualité et de l'authenticité du produit. Les volutes de fumée dansent à nouveau au dessus des «boucaneries» comme aux beaux jours anciens.